Revues de presse
Mis à Jour le : 10 septembre 2007  16:54
Radar 9 septembre 2007 : El Baradei, l’homme à abattre
10 septembre 2007

Harper’s Mag : Préparatifs contre l’Iran

Ken Silverstein :

Hier, j’ai téléphoné [à un contact, ancien membre de la CIA] - qui n’accepte de parler qu’anonymement - et pense désormais qu’une frappe aérienne est vraisemblable. Voici ses remarques, que je ne relate pas comme étant la preuve d’une invasion, mais à cause de ses connaissances et de ses intuitions sur ce qui pourrait arriver.

Il semble qu’une frappe militaire soit en préparation, et je base ceci sur deux choses : les faits observables et les discours venant de la Maison Blanche. Il y a de nombreux mouvements de troupes et de matériel dans la région. Ce sont des choses que les USA ne peuvent dissimuler. C’est une dépense considérable d’envoyer des groupes de combat de la Navy dans le Golfe, et nous en avons trois là bas. Nous avons également envoyé de nouveaux chasseurs à Guam en fanfare. On peut observer l’accroissement des activités de la Navy sur la base de Norkfolk et alentour. Le mouvement des navires, ravitaillement, chargement de munitions et niveau d’activité sont élevés.

Les bases de la Navy et les zones de ravitaillement en munition son connues et l’activité est clairement visible, surtout la nuit. Il y a un défilé de navires venant charger et quand ils partent, de nouveaux arrivent. Il n’y à qu’un endroit au monde où tous ces trucs sont destinés. Tout ceux que je connais qui seraient impliqués dans une attaque contre l’Iran - les pilotes et les autres aviateurs - sont partis. Normalement certains d’entre-eux sont par là, mais aujourd’hui il sont tous partis au même moment.

L’autre preuve d’une attaque vraisemblable, ce sont les mots durs de la Maison Blanche. Le président Bush a beaucoup parlé de l’Iran récemment et mis les Gardiens de la Révolution sur la liste des groupes terroristes. Quoi que l’on pense du président, il a déclaré qu’il ne laisserait pas l’Iran aller de l’avant avec son programme nucléaire. Je le prend au mot.

51% des américains souhaitent une enquête sur le rôle de Bush et Cheney autour du 11 septembre

Sondage Zogby, réalisé à la demande de l’association 911truth :

51% des américains souhaitent une enquête du Congrès sur les actes de Bush et Cheney avant, durant et après le 11 septembre. 30% d’entre-eux veulent que Bush fasse l’objet d’un « impeachment. » Les deux tiers des sondés estiment que la commission d’enquête sur le 11 septembre aurait du travailler sur l’effondrement du building WTC7.

Wesley Clark : les militaires en Irak ne résolvent rien

Westley Clark, ancien commandant en chef de l’OTAN en Europe :

L’isolement de l’Iran et les bruits de sabres ne forment pas une réponse adéquate. Pas plus que les efforts fébriles et répétés pour obtenir des sanctions internationales. Au lieu de cela, les USA devraient prendre l’initiative, avec le soutien de leurs alliés. Une réponse stratégique efficace devrait débuter par l’intensification du dialogue dans la région, et de véritables et sérieuses conversations avec les dirigeants iraniens à plusieurs niveaux. Les alliés régionaux comme l’Arabie Saoudite et la Jordanie doivent y être inclus, et non seulement informés. Les principes doivent être établis et les conséquences évaluées, à la fois en positif et en négatif. Le chemin devant nous sera étroit. Il y aura des menaces et des contre menaces, des flatteries et des promesses, des crises et des conflits. Les pressions économiques s’intensifieront.

Mais c’est le chemin que nous devons suivre si nous voulons éviter un conflit avec l’Iran et du même coup bloquer sa capacité nucléaire.

Washington Post : Regulateur voyou

Editorial du WP :

Mohammed el Baradei recherche une paix séparée avec l’Iran

Depuis quelques temps Mohammed El Baradei, le diplomate égyptien qui dirige l’Agence Internationale de l’Energie, a clairement manifesté qu’il se considérait au dessus de sa position de fonctionnaire de l’ONU. Au lieu d’appliquer la politique du Conseil de Securité ou des instances de l’agence, pour lesquels normalement il travaille, M. El Baradei se comporte comme s’il était indépendant d’eux, libre d’ignorer leurs décisions et d’utiliser son agence pour contrarier ses membres dirigeants - en premier lieu les USA.

Il faut mesurer la violence de l’accusation portée par le Washington Post contre El Baradei, dans cet éditorial qui lui reproche le récent accord de l’AIEA avec l’Iran, définissant un calendrier contraignant de résolution des questions que l’Agence veut voir élucidées au sujet du programme nucléaire de Téhéran.

L’article est titré en anglais : Rogue Regulateur.

Rogue, dans le vocabulaire de l’administration américaine, est habituellement employé dans l’expression « rogue state » - état voyou - qui désigne les membres de l’axe du mal.

Fox News : El Baradei victime d’une campagne de menaces et d’intimidation

Certains diplomates déclarent que le chef de l’AEIA a également été l’objet d’attaques plus insidieuses ces dernières semaines, sans qu’elles puissent être liées aux pressions diplomatiques exercées à son encontre.

Parmi ces incidents, des appels téléphoniques nocturnes de menace effectués au domicile de M. El Baradei, et des emails adressés aux membres du bureau de l’Agence, qui accusent de méfaits El Baradei ainsi que d’autres hauts responsables de l’institution.

L’un de ces emails, vu par l’agence de presse AP, fait état « d’abus de pouvoir, d’arbitraire, de vaste corruption, de népotisme... et de violation des droits de l’homme ».

Offensive médiatique des Etats-Unis contre El-Baradeï

Irib : Radio d’état iranienne :

Les autorités américaines ne cessent d’exprimer leur insatisfaction à l’égard du Directeur général de l’Agence internationale de l’Energie atomique, pour son récent rapport sur le programme nucléaire iranien. Les autorités américaines ont, surtout, essayé de faire croire que le récent rapport d’El-Baradeï était irréaliste. Suite à ces allégations, une réunion de questions/réponses, a eu lieu, il y a deux jours, à Vienne. Au cours de cette réunion, le Directeur général adjoint de l’AIEA, Olli Heinonen, a détaillé le récent accord conclu entre l’Iran et l’Agence et a défendu la crédibilité et le prestige de l’Agence viennoise, qui fait, actuellement, l’objet d’accusations sans fondement.

L’aide alimentaire en Irak défaillante

ONU :

Le programme d’aide alimentaire dont dépendent pour vivre de millions d’irakiens ne fonctionne plus de manière satisfaisante.

Depuis le début de la guerre civile en février 2006, le niveau d’assistance n’a cessé de baisser pour finalement atteindre une phase critique depuis 4 mois.

la quantité de farine et de blé distribuée aux familles a diminué de 20% depuis 4 mois.

Ce programme d’assistance alimentaire avait été créé sous Saddam Hussein pour compenser les difficultés nées des sanctions internationales. Il a été prolongé depuis la chûte du régime, et concerne cinq millions d’irakiens.

La plupart des quantités distribuées ont diminué de 35% déclare le professeur Muhammad Ezidin, de l’université de Bagdad.

Selon Oxfam, huit millions d’irakiens ont besoin d’une assistance d’urgence et la moitié vivent dans un état de « pauvreté absolue. »

En attaquant l’Irak, l’occident a perdu toute autorité morale à dire le droit.

Bien sûr, nous étions des millions à nous opposer à cette guerre, et nous ne disposons pas de droit de vote pour choisir le locataire de la Maison Blanche.

Il n’en reste pas moins que le drame irakien, tout comme sa prolongation, portent la signature « made in occident » et notre responsabilité collective y est engagée.

La Grande Bretagne, l’Espagne, l’Italie, la Pologne, ont approuvé Bush et participé à cette aventure sanglante, rendant ainsi l’Europe - donc la France - complice d’une faute dont elle ne peut prétendre qu’elle ne la concerne pas - ou plus.

Et ceci d’autant moins avec un ministre des affaires étrangères en son temps partisan de l’invasion.

Le réchauffement menace les ours polaires

Selon une agence gouvernementale américaine les deux tiers des 22 000 ours polaires pourraient avoir disparu d’ici 2050.

L’accélération de la fonte de la banquise durant l’été à laquelle on assiste depuis quelques années prive les ours de leur habitat naturel.

Référence
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1225
 
 
Dans la même
Rubrique
 
Dans l'Actualité