Environnement Climat
Mis à Jour le : 27 octobre 2006  12:30
Le Gulf Stream a connu une panne de 10 Jours
27 octobre 2006

En novembre 2004 le courant marin qui réchauffe le climat européen s’est arrété durant 10 jours. L’observation réalisée par une équipe anglaise grâce à un nouveau réseau de balises surveillant le Gulf Stream, renforce les craintes à son sujet. De récentes études faisaient déjà état d’une diminution de 10% de son débit depuis 25 ans, mais c’est la première fois que l’on constate un arrêt complet.

« Nous n’avions jamais observé cela, nous ne le comprenons pas, nous ne savions pas que c’était possible »

Les chercheurs réunis à la Conférence sur le Changement Climatique qui vient de se tenir à Birmingham, ne pouvaient dissimuler leur surprise devant les résultats de leurs mesures.

Le Gulf Stream s’est arrêté durant 10 jours en novembre 2004.

Pour Lloyd Keigwin du Woods Hole Oceanographic Institution, dans le Massachusetts, il s’agit du « changement le plus abrupt jamais observé dans les études de phénomènes climatiques »

« il n’a duré que 10 jours, mais imaginez qu’il se prolonge 30 ou 60 jours... A quel momment décidez vous de téléphoner au Premier Ministre pour lui dire de faire des stocks de pétrole ? »

Le Gulf Stream transporte en surface les eaux chaudes depuis le golfe du Mexique jusqu’au Groenland et en Scandinavie, où il se refroidit, plonge vers le fond des océans et entrepend le voyage inverse, en longeant vers le Sud les côtes du continent américain.

Ce courant marin fait partie de ce que les scientifiques dénomment circulation thermohaline, phénomène beaucoup plus complexe que ce simple aller retour Nord Sud. Mais le Gulf Stream est pour nous de première importance car il constitue un régulateur climatique majeur pour l’Europe.

Depuis quelques années des inquiétudes sont nées sur la possibilité de voir le Gulf Stream baisser en intensité ou même s’arrêter.

Une étude récente basée sur des mesures ponctuelles avait avancé l’hypothèse d’une réduction de 30% du courant dans les 50 dernières années.

Pour mesurer plus précisemment ce phénomène une équipe de scientifique anglaise dirigée par Harry Bryden du National Oceanography Center a déployé en 2004 au milieu de l’Atlantique un réseau de balises qui mesurent tous les quarts d’heures salinité et température de l’eau.

Les premières campagnes de relevés des données accumulées par les balises ont permis de réviser les estimations sur le déclin du Gulf Stream.

Selon le professeur Bryden le Gulf Stream aurait perdu 10% de son intensité au cours des 25 dernières années.

La diminution observée est provoquée par l’apport d’eau douce venant de la fonte des banquises des zones polaires.

Cet apport abaisse la salinité et la densité relative de ses eaux. Rendues plus légères, leur descente vers le fond des océans est alors moins intense, et la circulation générale du courant se ralentit.

Le nouveau système d’observation pourra jouer un rôle de système d’alerte précoce en cas de variation climatique.

On sait désormais grâce à l’étude des glaces anciennes que les derniers bouleversements climatiques majeurs ont eu lieu sur des périodes très courtes.

Les changements considérables, d’une ampleur de 5 à 10 degrés qui se sont déroulés dans le passé ont été trés soudains : Ils n’excédaient pas une dizaine d’années. Le délai de réaction dont nous disposerions face à un tel évènement serait donc extrèmement réduit.

Les balises du professeur Bryden permettraient de nous avertir des signes avant-coureurs d’une catastrophe majeure.

Et la panne du Gulf Stream de 2004 pourrait bien constituer le premier avertissement.


Sur le Net :

-  Conférence sur les changements Climatiques

-  Natural Environment Research Council


Source : Guardian


Lire aussi
Référence
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=243
 
 
Dans la même
Rubrique
Dans l'Actualité