Economie Idées
Mis à Jour le : 3 avril 2009  15:21
Une crise qui va transformer le monde, par Martin Wolf
3 avril 2009

« Cette crise porte un coup dévastateur à la crédibilité et la légitimité des États-Unis à travers le monde, » a asséné Wolf aux Sénateurs américains qui l’avaient convié à à donner sa lecture de la situation. Martin Wolf est un adepte résolu de la mondialisation. Mais loin de se contenter de chanter ses mérites, comme beaucoup, c’est un esprit aigu qui sait analyser les faiblesses du système, en saisir les contradictions, y déceler les tendances lourdes, et n’hésite pas a exprimer franchement son opinion. Devant les Sénateurs, il ne s’est pas cantonné à une analyse économique technique, mais leur a signifié à quel point cette crise « made in USA » serait lourde de conséquences globales. Car au delà de leur statut désormais compromis, c’est le modèle de la mondialisation qu’ils avaient impulsé qui est désormais remis en cause. Si les USA eux même ne parviennent pas à maitriser le marché libre, qui le pourrait ? Si la mondialisation présente de tels dangers, pourquoi s’y insérer ? Cette crise va ouvrir une période de transformations profondes, diagnostique-t-il. Le rôle des USA, mais aussi de l’occident dans son ensemble, sera remis en cause, en raison de leur échec patent à prévenir de telles catastrophes. De la même façon que le souvenir de la Dépression des années trente avait façonné le monde durant près d’un demi siècle, cette crise redéfinira pour longtemps les orientations et les choix politiques dans le monde entier. Elle entraînera un renforcement du contrôle exercé par le politique sur les marchés, prévoit Wolf, mais elle bouleversera aussi les hiérarchies établies. Les pays émergents ne se contenteront plus d’être réduits au second rôle dans des institutions internationales dont les responsables en titre ont fait un si mauvais usage. Les pays asiatiques, en particulier, qui gardent encore le souvenir cuisant des humiliations subies de la part du FMI et des USA en 1998, rappelle Wolf, réclameront d’obtenir voix au chapitre. Ce à quoi nous sommes confrontés c’est bien à une rupture de dimension historique : « l’effondrement du système financier occidental, alors que la Chine semble prospère, marque de façon humiliante la fin du “moment unipolaire”. »

Communication de Martin Wolf devant la Commission des Affaires Etrangères du Sénat des Etats-Unis, 25 mars 2009

Nous vivons la plus dangereuse crise économique et financière depuis les années 1930. Mais c’est également une crise ayant un impact sur les relations internationales : une profonde récession va ébranler la stabilité politique à travers le monde, et elle représente une menace pour l’objectif poursuivi depuis longtemps par les États-Unis qui est de créer un marché ouvert et dynamique pour l’économie mondiale. Peut-être plus important encore, les États-Unis sont actuellement considérés comme la source du problème plutôt que de sa solution.

Par conséquent, cette crise porte un coup dévastateur à la crédibilité et la légitimité des États-Unis à travers le monde. Si les États-Unis ne parviennent pas à gérer le capitalisme de marché libre, qui le pourrait ? Si le capitalisme de marché libre peut créer de tels dommages, pourquoi l’adopter ? Si l’ouverture à l’économie mondiale comporte de tels dangers, pourquoi prendre ce risque ? Alors que le choc subi se transforme en colère, non seulement aux États-Unis, mais partout dans le monde, ces questions sont posées. Si les États-Unis souhaitent fournir les bonnes réponses, ils doivent traiter cette crise chez eux, et faire ce qu’il peuvent pour venir en aide aux victimes innocentes à l’étranger. Ce n’est pas une question de charité. C’est une question d’intérêt personnel.

La crise économique mondiale est devenue extrêmement grave : le système financier est sous perfusion, avec des milliers de milliards de dollars fournis par les gouvernements. Trois des quatre banques centrales les plus importantes - la Réserve fédérale, la Banque du Japon et de la Banque d’Angleterre - ont des taux d’intérêt proche de zéro, et la Banque centrale européenne devrait suivre le mouvement. Les gouvernements assouplissent également leur politique budgétaire de façon agressive, avec des déficits pour les pays avancés membres du G-20 qui devraient atteindre 6,7 pour cent du PIB cette année et 7,6 pour cent en 2010.

Cette politique de soutien massif répond à une situation économique de plus en plus sombre : le Fonds Monétaire International prévoit que la production mondiale va diminuer de 0,5 pour cent à 1 pour cent cette année, ce qui est une révision à la baisse de ses prévisions de 1 à 1,5 points de pourcentage en deux mois. Il prévoit également que les économies des pays avancés se contracteront de 3 à 3,5 pour cent, ce qui est le pire résultat depuis les années 1930.

Rien de tout cela n’est surprenant. Non seulement le système financier mondial, s’est bloqué à la fin de l’année dernière, mais la Banque Asiatique de Développement a indiqué que la perte totale de patrimoine sur le marché mondial s’élève à 50 000 milliards, ce qui représente près d’un an de la production mondiale. La perte de patrimoine sur les places boursières représente à elle seule 25 000 milliards de dollars. La demande de produits manufacturés, le niveau de leur production et leur commerce mondial sont tombés en chute libre à la fin de l’an dernier : la production industrielle Allemande a baissé de 19,2 pour cent sur un an en Janvier, celle de la Corée du Sud de 25,6 pour cent et celle du Japon de 30,8 pour cent.

Inévitablement, et de façon tragique, les plus durement touchés sont les pays qui se sont ouvert aux capitaux mondiaux, en particulier les pays émergents en Europe centrale et orientale. Ceux-ci forment le seul groupe important de pays émergents à avoir été importateurs nets de capitaux dans les années 2000, avec pour résultat une situation déjà observée à de nombreuses reprises durant ces trois dernières décennies, lorsque les détenteurs capitaux prennent peur. Ces pays font face au risque d’un effondrement, précisément parce que ils ont fait confiance à l’Europe et aux marchés de capitaux. Depuis juin dernier, le consensus des prévisions de croissance pour cette année en Europe de l’Est, a chuté de plus 6 pour cent à moins 0,5 pour cent. Il va certainement continuer à baisser. Mais toutes les économies émergentes sont affectées par la perte de la demande extérieure, la réduction des flux de capitaux à l’échelle mondiale et les hausses résultantes dans le coût du crédit.

Dans un récent article du Financial Times, qui a ouvert notre série sur « l’avenir du capitalisme », j’ai écrit qu’il était impossible de savoir où nous allions. Durant le chaos des années 1970, bien peu pouvaient imaginer que la période suivante verrait l’inflation jugulée, l’apparition d’un capitalisme débridé et de la mort du communisme. Ce qui adviendra aujourd’hui dépendra de choix non encore effectués et de chocs encore inconnus.

Cependant, la conjugaison d’un effondrement financier et d’une énorme récession changera certainement le monde. La Grande Crise a transformé le capitalisme et le rôle du gouvernement pendant un demi-siècle. Elle a conduit à l’effondrement de la libéralisation du commerce, renforcé la crédibilité du socialisme et du communisme, et convaincu de nombreux responsables d’adopter de nouvelles stratégies de développement. Elle a également conduit à la xénophobie et à l’autoritarisme. Le besoin de sécurité entraînera un renforcement du contrôle exercé par le politique sur les marchés. Ce retour du politique entraînera également un recentrage sur le niveau national, se traduisant par un éloignement du global. Cet état de fait est déjà évident dans la finance. Mais les interventions protectionnistes sont susceptibles d’aller bien au-delà des cas observés jusqu’ici : elles n’en sont encore qu’à leur début.

Dans les pays émergents, le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté augmente, la nouvelle classe moyenne va diminuer en importance et les gouvernements de certains pays feront défaut sur leurs dettes. La confiance dans les élites locales et mondiales, dans le marché et même dans la possibilité de progrès matériel vont s’affaiblir, avec des conséquences sociales et politiques potentiellement dévastatrice.

La capacité de l’Occident en général et des États-Unis en particulier à influencer le cours des événements sera également compromise. L’effondrement du système financier occidental, alors que la Chine semble prospère, marque de façon humiliante la fin du « moment unipolaire ». Au même moment où les responsables politiques occidentaux sont engagés dans cette lutte, leur crédibilité est ruinée.

Ces transformations mettent en danger la capacité de la communauté internationale, non seulement à gérer l’économie mondiale, mais aussi à faire face aux défis stratégiques : les États faibles, le terrorisme, le changement climatique et la montée de nouvelles grandes puissances. Dans le cas le plus extrême, l’intégration de l’économie mondiale, de laquelle presque tout le monde dépend aujourd’hui, pourrait se défaire.

Les décisions prises au cours de l’année prochaine façonneront le monde pour des décennies. Alors, que doit-on faire ? Voici ce que je suggère, en mettant l’accent sur le rôle du Fonds monétaire international.

Tout d’abord, nous devons nous rendre compte qu’il s’agit d’une crise de cette économie mondiale, pour la naissance de laquelle les États-Unis ont joué un rôle prépondérant. Si l’on veut que survive cet accomplissement, et toutes les promesses qui sont les siennes, la crise doit être résolue au niveau mondial.

Deuxièmement, la réunion des chefs de gouvernement du G-20 à Londres, est une reconnaissance de ce fait. La gestion de l’économie mondiale ne peut être réussie par les seules économies avancées. Bien que tous les pays présents ne soient pas d’importance systémique, tous les pays d’importance systémique seront là. Le monde attend que ce sommet réussisse. Il ne doit pas être déçu.

Troisièmement, les priorités immédiates sont de soutenir la demande, de restaurer le système financier mondial et d’éviter de tomber dans un protectionnisme global. L’objectif à long terme doit être de revoir la réglementation et la structure du système financier, et de réformer le système international de gouvernance économique et financière. Certains progrès ont été réalisés sur ces fronts. Mais ce n’est pas assez.

Quatrièmement, il existe une probabilité élevée que cette crise conduise à un déclin bien plus important que prévu de l’économie mondiale, suivi par une reprise lente et instable. Ce risque doit être éliminé, si possible.

Cinquièmement, pour que les pays émergents puissent faire confiance à l’économie mondiale, il est essentiel de leur offrir une aide généreuse maintenant. À l’heure actuelle, ils reprochent à l’occident ce qui s’est produit. Il a certes été utile que la Fed et d’autres banques centrales consentent à accorder des prêts à quelques banques centrales choisies. Mais il faut faire beaucoup plus.

Sixièmement, l’enveloppe dont dispose le FMI pour accorder des prêts est d’environ 250 milliards, ce qui est nettement insuffisant. Le Trésor américain a proposé qu’elle soit portée à 750 milliards. C’est désormais à tout le moins nécessaire. Rappelez-vous que les réserves de change mondiales, principalement détenue par les économies émergentes, sont passées de 1 500 milliards à 7000 milliards entre janvier 1999, après la crise financière asiatique, et le maximum atteint l’année dernière. Ceci fournit une indication sur le niveau de la demande de réserves. Il serait beaucoup plus efficace, toutefois, que ces réserves soient mises en commun, plutôt que chaque pays ne tente de se protéger lui-même de façon si coûteuse. C’est pour cela qu’existe le FMI. Il devrait être utilisé à cette fin.

Septièmement, en plus d’accroître ses ressources, la gouvernance du FMI doit être transformée. Les pays asiatiques, en particulier, se souviennent encore de l’humiliation qu’ils ont subie il y a une décennie de cela, du fait du FMI et du Trésor américain. Ils veulent disposer d’une plus grande voix au chapitre dans le fonctionnement du Fonds. Une étape importante est de procéder à une énorme réduction de poids des votes de l’Europe, qui pèse aujourd’hui environ un tiers du total [1] . Il est également important de mettre fin à la pratique traditionnelle consistant à attribuer la direction de la Banque mondiale à un Américain et celle du FMI à un européen.

Huitièmement, on doit sérieusement réfléchir à créer une allocation annuelle de DTS (droits de tirage spéciaux), - qui sont les réserves propres au FMI. Cela permettrait de satisfaire la demande mondiale de réserves, sans entraîner de coût sur les ressources. Traditionnellement, les États-Unis ont considéré les DTS comme un rival pour le rôle de monnaie de réserve du dollar et appréciaient la possibilité de financer leurs déficits extérieurs par une simple extension de l’offre de dollars. Mais l’évolution économique de ces dix dernières années aurait du ébranler cette complaisance manifestée par les USA. La possibilité de soutenir un très grand déficit de la balance courante s’est avérée être une catastrophe, car, à mon avis, elle explique en grande partie la crise financière actuelle aux États-Unis et dans le monde. En outre, les États-Unis doivent être capables d’exporter pour sortir de la récession actuelle. Sinon, il sont susceptible d’être contraints à un énorme déficit budgétaire pendant un temps indéfini, afin de compenser l’augmentation de l’épargne privée et le déficit structurel du compte courant. [2] Augmenter le pouvoir d’achat des pays émergents, par le biais d’une allocation annuelle de DTS, permettrait de progresser sensiblement vers la résolution de ce problème. Je crains que, si cela n’est pas le cas, un retour généralisé au protectionnisme soit probable, les pays déficitaires, comme les États-Unis, trouvant là le moyen de renforcer la demande de la production intérieure et le niveau d’emploi.

Ce que je propose ici ne représente que seulement une petite partie de l’ordre du jour. Mais c’est une partie essentielle. Plus les USA feront preuve d’imagination et déploieront d’énergie aujourd’hui, plus il seront en mesure de rétablir leur réputation et leur influence dans le monde entier. Il s’agit d’un moment décisif. Des choix doivent être faits entre se tourner vers l’extérieur ou se replier vers des solutions internes. Nous avons tenté cette deuxième option dans les années 1930. Cette fois, nous devons tenter la première.


Publication originale Martin Wolf, traduction Contre Info

[1] Les grands pays européens disposent de 25% des voix. Les USA de 17,09%, le Japon 6,13%, la Chine 3,72% et l’Inde 1,91%. Source Wikipédia

[2] Wolf considère que le couple exportateurs à surplus (Japon, Allemagne, Chine, ...) et pays déficitaires ( USA, UK, etc...), qui se traduit par un financement à crédit des déficits en recyclant les surplus, ne peut être maintenu sur le long terme. Il estime qu’à l’heure actuelle, les relances budgétaires permettent de compenser la baisse de revenus des uns (les exportateurs) et le désendettement - c’est à dire la baisse de la consommation - des autres (les déficitaires) , mais ne fournissent pas de réponse sur le fonds. C’est l’ensemble des relations déficitaires/exportateurs/émergents qui devrait être rebalancé.



Du même auteur

Lire aussi
Référence
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2629
 
 
Dans la même
Rubrique
Dans l'Actualité