Contre Info · info
Les infos absentes des prompteurs de JT  
Environnement Futurs
Mis à Jour le : 12 mai 2007  11:32
Les Nations Unies mettent en garde sur les impacts des biocarburants
12 mai 2007

UN Energy, une agence des Nations Unies, publie un rapport évaluant les impacts de l’extension des cultures destinées à la production de Biocarburants.

Le rapport met en garde contre les risques de déforestation, d’augmentation du prix des produits agricoles et d’expropriation des communautés villageoises.

D’autre part, il estime que les biocarburants seraient plus efficacement utilisés s’ils étaient réservés à la production de chauffage et d’énergie, plutôt que dans les transports.

« Les recherches actuelles montrent que l’utilisation de la biomasse pour la production de chaleur et d’énergie plutôt que comme carburant destiné aux transports ou à d’autres usages est la meilleure option pour réduire l’émission des gaz à effets de serre durant la prochaine décennie, et c’est aussi l’une des moins onéreuses », note-il.

L’Union Européenne et les USA se ont récemment fixé pour objectif d’accroitre la part des biocarburants dans le transport routier, considérant que l’éthanol et le biodiesel sont à l’heure actuelle les seules aternatives viables à l’usage des hydrocarbures.

Le rapport, intitulé « Sustainable Bioenergy : A Framework for Decision Makers » (Energie durable : un cannevas pour les décideurs), suggère que les biocarburants peuvent avoir un effet bénéfique si leur mise en oeuvre est maitrisée, mais pourraient aussi avoir des conséquences néfastes en l’absence de planification.

« Le développement de nouvelles industries dans le domaine de la bioénergie pourrait produire de l’énergie propre pour les millions de personnes à qui elle fait défaut aujourd’hui, tout en générant des revenus et créant des emplois dans les régions les plus pauvres du monde. »

Mais le prix des vivres, de la terre et des fournitures agricoles pourraient monter, entrainant un impact négatif important dans les pays les plus pauvres où la plus grande partie des revenus est consacrée à l’alimentation.

En ce qui concerne l’environnement, le rapport constate que la demande pour les biocarburants a accéléré la destruction de la forêt primaire pour la création de plantations de palmiers, tout spécialement en Asie du sud-est.

La destruction des ecosystèmes qui sont des puits de carbone peut conduire à une augmentation des émissions de gaz à effets de serre.

La monoculture pourrait aussi entrainer une diminution significative de la biodiversité et l’érosion des sols.

Le rapport cite l’exemple de l’état de Sao Paulo, au Brésil, qui a su se prémunir contre ces inconvénients en contraignant les planteurs de canne à sucre à conserver sous forme de réserve naturelle un pourcentage de leur exploitation.

L’usage de eau est également source de préoccupation. L’augmentation de la population mondiale et l’accroissement de la consommation de viande et de laitages due à l’élévation des revenus provoquent dès aujourd’hui des tensions sur les ressources en eau, qui pourraient être amplifiées par le développement des cultures de biocarburants.

« C’est seulement en maitrisant les questions de biodiversité, de l’émission des gaz à effets de serre, et de la consommation de l’eau que les biocarburants pourront trouver leur juste équilibre environnemental et un niveau acceptable de développement », conclut le rapport.


Contre Info, d’après la BBC

sur le net :

-  UN Energy
-  Sustainable Energy : A Framework for Decision Makers (pdf)



Lire aussi
Référence
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=970
 
 
Dans la même
Rubrique
Dans l'Actualité
 
 

Contre Info - Un Autre Regard sur l'Actualité