France Actualité
Mis à Jour le : 22 février 2012  17:08

 22 février 2012  17:08

« Avec le Mécanisme européen de stabilité et le Pacte budgétaire, les peuples qui ont déjà été dépossédés des choix en matière monétaire du fait de la manière dont est géré l’euro (en particulier, le statut et les missions de la Banque Centrale Européenne), seront désormais dépossédés de tout pouvoir en matière budgétaire. » Raoul Marc Jennar est membre du Conseil scientifique d’Attac.
 
 8 janvier 2012  15:12
Sophie Coignard et Romain Gubert, journalistes au Point, dénoncent dans leur dernier ouvrage une « oligarchie », composée de patrons, hauts fonctionnaires, élus ou experts, qui cumulent fonctions et privilèges, se servent de l’Etat à leur profit et à celui de leurs amis et « gouvernent avec un mélange d’incompétence et de lâcheté. »
 
 3 novembre 2010  14:35
Le 6 octobre dernier, Eurostar, filiale de la SNCF a décidé d’acheter des trains qui n’ont pas le droit de rouler dans le tunnel sous la Manche. Derrière cette décision apparemment absurde se joue un immense chantage pour réviser à la baisse les règles de sécurité ferroviaire dans le tunnel. Au nom de la libéralisation du transport ferroviaire décidée par l’Union européenne.
 
 26 octobre 2010  15:42
Le 21 octobre 2010, à Lyon, la place Bellecour s’est transformée en souricière. Tous ceux qui s’y trouvaient par hasard ou s’étaient donné rendez vous pour participer à la manifestation syndicale de l’après midi ont été retenus plusieurs heures par les forces de l’ordre qui bloquaient toutes les issues. Durant l’après midi, seules les personnes les plus âgées seront autorisées au compte goutte à franchir le dispositif, et les jeunes qui tenteront de sortir du piège seront refoulés à coup de gaz lacrymogène ou de canon à eau. Une petite escouade du GIPN, le Groupe d’Intervention de la Police Nationale, faisait partie du dispositif. Parmi ces hommes, deux étaient armés de fusils à pompe. --- Non contents d’enfermer plusieurs heures les manifestants dans une place sans aucune issue, ce qui est contraire à toutes les règles du maintien de l’ordre, les autorités en charge ce jour là ont choisi d’engager le GIPN, dont la mission est de maitriser des forcenés ou des terroristes. Ces policiers n’ont aucune vocation à assurer des tâches de maintien de l’ordre, ni aucun savoir faire en la matière. Rien ne peut justifier le déploiement d’hommes équipés d’armes de guerre à proximité d’une manifestation et à fortiori lorsque les participants ont été délibérément encerclés. Rien, si ce n’est une volonté d’ « affichage », où la symbolique prend le pas sur l’exercice réel des missions de l’Etat, en une « stratégie de la tension » qui a pris le risque insensé de placer ces fonctionnaires en situation d’avoir à faire usage de leurs armes de dotation. Soyons justes. Il convient aussi d’évoquer l’hypothèse d’une incompétence crasse. Mais la chronique des évènements montre désormais à loisir que l’une n’exclut pas l’autre. Contre Info.
 
Actualité
 
 
France
 
Actualité
Les Brèves