International Mediterrannée
Mis à Jour le : 13 février 2012  17:09

 13 février 2012  17:09

La vie politique « exige la démocratie. Et la démocratie n’existe que lorsque la liberté est donnée aux « adversaires ». Dans tous les cas sa suppression, à l’origine donc de la dépolitisation, est responsable du désastre ultérieur. Que celui-ci prenne la forme de retours aux passéismes (religieux ou autres). Ou qu’il prenne celle de l’adhésion au « consumérisme » et au faux individualisme proposée par les médias occidentaux, comme ce fut le cas chez les peuples de l’Europe orientale et de l’ex URSS » L’économiste franco-égyptien Samir Amin insiste sur l’importance du processus de maturation politique, de repolitisation, qui doit accompagner le retour à la démocratie.
 
 19 mai 2011  01:41
Postier à ses heures, mais d’abord et avant tout artiste et poète, Lihidheb Mohsen vit à Zarzis, l’un des ports Tunisiens où se pressent les hommes fuyant la misère et la violence du continent africain, ces « Harraga », c’est à dire « ceux qui brûlent » - en l’occurrence leurs papiers - avant de s’entasser dans de piètres embarcations, au péril de leurs vies. Lors de ses errances sur le littoral, à la recherche des débris flottés qui nourrissent son travail artistique, M. Moshen, a trop souvent découvert les corps de ces malheureux, rejetés par la mer. Nous reproduisons aujourd’hui sa déploration de ces vies perdues, son adresse à celui qui, à Lampedusa, inhume comme lui l’a fait ces frères humains morts dans l’indifférence, en route vers une Europe qui n’entend pas les cris d’agonies dans un voisinage, pour nous si lointain, mais en réalité si proche, d’une jeunesse vigoureuse, pleine d’espoir, qui revendique sa part du monde, jusqu’à en mourir.
 
 9 mai 2011  17:25
Enquête du Guardian. Victime d’une avarie moteur, un bateau chargé de migrants africains, parti de Tripoli le 25 mars, a alerté les autorités italiennes, par l’intermédiaire d’un prêtre Erythréen vivant à Rome. Peu de temps après, l’embarcation a été survolée par un hélicoptère militaire. Puis plus rien. Bientôt privés de propulsion, les naufragés ont continué à dériver, sans eau ni nourriture. Le 29 ou 30 mars, leur route a croisé celle d’un porte avion que le Guardian suspecte être le Charles de Gaulle, malgré les démentis de la Marine française et de l’OTAN. Ignorant les signes de détresse, ce navire a poursuivi sa route sans porter assistance à l’embarcation. Le 10 avril, elle s’échouera enfin sur les côtes libyennes. Sur les 72 passagers, seuls 11 sont encore vivants, et l’un d’entre eux décédera immédiatement après le débarquement.
 
 18 janvier 2010  16:00
« Tout, dans ce pays, nous entraîne vers une situation où les non musulmans sont détestés, dénigrés et même marginalisés », a déclaré à IRIN Youssef Sidhom, rédacteur en chef de l’hebdomadaire égyptien copte Watany. « Notre [système d’] éducation n’apprend aux élèves qu’à détester et à craindre ceux qui sont différents ». Enquête.
 
 
 
International
 
Actualité