Contre Info · info
Les infos absentes des prompteurs de JT  
Economie Actualité
Mis à Jour le : 22 mars 2012  14:11

 22 mars 2012  14:11

Les économistes à l’origine du « Manifeste pour un Débat sur Le Libre Echange » dénoncent la « catastrophe économique et sociale » provoquée par le « libre-échange total entre l’Europe et les pays à bas salaires ». Mais bien que 2/3 des Français, des Italiens, des Espagnols et des Allemands soient favorables au protectionnisme aux frontières de l’Europe, « la voix des citoyens n’est prise en compte ni par leurs gouvernements respectifs ni par la Commission européenne ». Afin que cesse ce « suicide économique et social », ils lancent au niveau européen une pétition réclamant la mise en œuvre d’une politique industrielle européenne et le « rétablissement des conditions d’une concurrence loyale. »
 
 28 février 2012  14:15
« De quoi souffre l ’Europe ? En vérité, le problème est essentiellement monétaire. En introduisant une monnaie unique sans disposer des institutions nécessaires pour lui permettre de fonctionner, l’Europe a en fait recréé les vices de l’étalon-or - vices qui ont joué un rôle majeur dans l’apparition et la prolongation de la Grande Dépression. » Le prix Nobel Paul Krugman met en garde ses compatriotes contre les politiques « cruelles et destructrices » appliquées en Europe.
 
 23 février 2012  11:48
Les politiques d’austérité qui se généralisent en Europe matraquent le revenu des ménages, en ponctionnant leurs revenus à un niveau insupportable, incompatible avec une relance de l’activité.
 
 22 février 2012  19:50
« En mai 2010, le gouvernement de la Grèce a été confronté à un problème sur le service de sa dette. Dans le contexte de la zone euro dans son ensemble, les difficultés grecques étaient mineures, équivalant par exemple à un État américain incapable d’équilibrer son budget, comparativement aux USA. La solution évidente était que la Banque centrale européenne acquiert tout ou partie de la dette grecque, mettant ainsi fin au problème d’un trait de plume. Une fois cette difficulté purement financière éliminée, les discussions politiques auraient pu débuter. » John Weeks enseigne l’économie à l’université de Londres. ---- La mission d’une banque centrale est double : 1) Assurer la liquidité du système financier structurellement fragile en raison du désappariement des maturités et de l’effet de levier sur la monnaie centrale qui sont à la base de l’activité des banques. 2) Soutenir l’activité et prévenir la surchauffe en pilotant les taux directeurs, ce qui inclut le taux appliqué à la dette d’Etat, qui définit un plancher au dessus duquel viennent s’étager les autres compartiments de risque. Ces objectifs impliquent que l’institut d’émission intervienne en soutien aux banques, mais aussi au Trésor, comme c’est massivement le cas aux USA, au Japon, en Grande Bretagne, et même au Canada, où la banque centrale acquiert 15% des émissions souveraines. Par construction, l’Union européenne, en interdisant le soutien de la dette publique, a créé les conditions de sa faiblesse, acceptant de facto de s’exposer aux effets déstabilisateurs et déstructurants des mouvements browniens spéculatifs, voyant sans doute dans la menace de sanction des marchés un garde fou souhaitable. Ce faisant, elle impose aux Etats des règles qui ont depuis longtemps été abandonnées concernant les banques. On sauve les unes, on sanctionne les autres, les acculant à l’austérité et bientôt à la faillite. Tout cela parce que les marchés, n’est-ce pas, ont toujours raison. Contre Info.
 
Actualité
 
 
Economie
 
Actualité
 
Contre Info - Un Autre Regard sur l'Actualité